lundi 11 mars 2019

Névroses médiatiques Le monde est devenu une foule déchaînée



Dans Névroses médiatiques Le monde est devenu une foule déchaînée Gilles-William Goldnadel jette un regard incisif, moderne et inédit sur le fonctionnement de la communication médiatique et ses répercussions violentes sur nos représentations mentales.


Avocat, chroniqueur et essayiste, l’auteur est connu pour des essais à la fois brillants et polémiques, décortiquant les conformismes politiques et sociaux ainsi que la multiplication des idéologies et des impostures [Le Nouveau Bréviaire de la haine (2001), Réflexions sur la question blanche. Du racisme blanc au racisme anti-blanc (2011), « Le vieil homme m ‘indigne ! » Les postures et impostures de Stéphane Hessel (2012)]. A la fois ambitieux et dérangeant (sur le plan intellectuel) cet essai au titre étrange tente de décrire la dangereuse dérive médiatique actuelle à travers ses incessants mensonges moralisateurs et culpabilisants mais aussi à travers ses demi-vérités et ses omissions volontaires. On pourrait supposer ce type d’exercice assez vain, hypersubjectif, voire tendancieux et un brin mégalo. Il n’en est pourtant rien car le livre, par ailleurs bien écrit et solidement argumenté, décrit méticuleusement cette « névrose médiatique », prenant soin de la replacer dans le contexte historique, politique et social du XXe siècle. Avant de disséquer quelques-unes des crises médiatiques les plus connues (Charlie, Me Too, Trump, Gaza…) et de s’interroger sur ses répercussions hystérisantes l’auteur consacre une partie importante de son essai à la psychologie des foules, objet d’étude de la part de Gustave Le Bon et de Sigmund Freud. Subtilement, Goldnadel revisite leurs écrits sur la question et met en exergue certaines troublantes similitudes entre les constatations de leurs travaux et l’expression émotionnelle paroxystique de la foule médiatique d’aujourd’hui. (Pour l’auteur nos contemporains, isolés mais interconnectés en permanence, forment désormais une foule médiatique.) La démonstration du livre est loin d’être superficielle car l’on n’a jamais aussi systématiquement, notamment par le biais des réseaux sociaux, fabriqué de l’émotion collective, tenté de traduire - par le verbe magique ou l’image allégorique - le sentiment de l’inconscient et du ressentiment. (Signalons que le livre a été publié juste avant la médiatisation des Gilets jaunes.) Le livre décortique à la fois les méthodes de « l’Eglise cathodique » pour imposer ses idées mais aussi l’intimidation morale et la menace de discrédit qu’elle fait planer sur tous ceux qui ne partagent pas le credo officiel.  Goldnadel note justement page 166 : « Une bonne partie de la foule médiatique réagit toujours de manière pavlovienne et névrotique lorsque certains thèmes antioccidentaux sont agités dans un sens toujours largement obligatoire. »

Gilles-William Goldnavel, Névroses médiatiques Le monde est devenu une foule déchaînée, essai, éditions Plon, « collection Tribune libre », 252 pages, 2018






Aucun commentaire:

Publier un commentaire