lundi 21 septembre 2020

Spéciale Musiques du monde



Cette semaine, BLOG DE PHACO vous conseille chaudement quatre excellents opus aux saveurs épicées, dansantes, lunaires : Afrik Toun Mé  du Malien Sidi TouréJ'ai traversé la mer de  l'enfant de la Guadeloupe Edmond Krater,   Qui va nous sauver?  de l'Ivoirien   Ismaël Isaac et enfin Poetic Trance de Aziz Sahmaoui & University of Gnawa.


1 - MALI 

 Sidi TouréAfrik Toun Mé  Thrill Jockey Records, USA, 2020

Sidi Touré

Né à Gao dans le nord du Mali, Sidi Touré (chant, guitare) a été le leader de la formation réputée  The Songhai Stars avant d'entamer une brillante carrière solo. Dans son nouvel opus Afrik Toum Mé il est  accompagné  par le guitariste  Mamadou Kelly et le joueur de  calabash (calebasse) Boubou Diallo. Deux ans après  Toubalbero il sort un disque épuré allant à l'essentiel avec 8 titres atmosphériques  serpentant entre  Songhai music et blues des bayous, avec en toile de fond un questionnement lancinant du chanteur sur le destin de l'Afrique (« Knowledge »). Avec ses duels légers de guitare acoustique et ses délicatesses percussives ( « Bortchin », « Irkoy Gonda Hini »)  Afrik Toum Mé   nous convie à goûter une musique sensuelle et chaude  aux mélodies légères, rappelant  autant la délicate texture de la musique traditionnelle malienne que les rivages  lointains du folk, du blues et de la musique créole. Au final un album  raffiné et solaire, qui nous invite à un énigmatique et savoureux voyage musical. A  classer quelque part, pour le climat mystique qui s'en dégage,  entre  le Poetic Trance du Marocain Aziz Sahraoui et le Kanoun de la Malienne  Mamani Keita !



2 - FRANCE

Edmond Krater, J'ai traversé la mer, Heavenly Sweetness,  France, 2020

Edmond Krater


Depuis son enfance en Guadeloupe, Edmond Krater a toujours baigné dans le son et les rythmes du tambour Ka qui sont au centre de son parcours artistique tant par sa richesse musicale que par son symbole social. Juste deux ans après son disque studio An Ka Sonjé Edmond Krater nous revient avec J'ai traversé la mer, un opus swinguant de 9 titres, marqué par les rythmes syncopés du gwoka, des espaces cuivrés  free jazz (sur « Natibel »)  et par des mélodiques envolées zouk/reggae de claviers. Chanteur, auteur-compositeur et multi-instrumentiste Edmond Krater est devenu en quelques décennies une des figures marquantes de la culture musicale guadeloupéenne. Pour  J'ai traversé la mer  il est accompagné des percussions de Roger Raspail, de la batterie de Sonny Troupé, de la basse de Julian Babou et des claviers de Jonathan Jurion. Par ses accents pop antillais aux réminiscences funky et dance electro J'ai traversé la mer rappelle un peu l'ambiance festive du Sonjé (2013) de Kassav, notamment sur des titres dansants comme  « Kontak », « Sé Tan Nou » ou « Météw Byen ». Avec une belle musique chaloupée  et des textes aux résonances sociales et existentielles l'enfant de la Guadeloupe nous propose là un opus des plus intéressants  !




3 - COTE-D'IVOIRE

Israël Isaac, Qui va nous sauver ?
Because music/Obouo Productions, Côte-d'Ivoire, 2020

Ismaël Isaac

Ismaël Isaac, de son vrai nom Kaba Diakité Issiaka, est un chanteur de Côte d'Ivoire, né en 1966 à Abidjan. Artiste reggae à la voix mélodique, il se distingue par un sens  de l'harmonie vocale et un certain   afro-optimisme, que l'on retrouve dans ses chansons même s'il évoque par ailleurs des sujets graves  comme la guerre, le terrorisme l'apartheid ou l'émigration clandestine (« Lampedusa » sur Je reste). Star du reggae dans son pays d'origine  il enchaîne les tubes depuis le début des années 90. 6 ans après Je reste, il sort ce nouvel opus (le 8e)  Qui va nous sauver ? au titre énigmatique avec 16 titres au style chaloupé naviguant entre reggae, musique caribéenne et légères envolées bluesy. Avec ce Qui va nous sauver ?   Israël Isaac confirme sa place au sein des grands chanteurs reggae ivoiriens tels que Tiken Jah Fakoly et Alpha Blondy !




4 - MAROC

Aziz Sahmaoui & University of GnawaPoetic Trance
Blue Line Productions,  France, 2019



Chanteur et multi-instrumentiste réputé le Marocain Aziz Sahmaoui a créé en 2010 un des groupes fusion les plus en vue, University of Gnawa, composé de Hervé Samb et Amen Viana (guitares), Alune Wade (basse), Cheikh Diallo (claviers, kora), Adhil Mirghan et Jon Grandcamp (percussions) et Cyril Atef (batterie). Poetic Trance (2019), le 3e opus  de cette formation cosmopolite, se profile un disque particulièrement abouti, à la fois savoureux,  mystique et rythmé. Les climats naviguent entre musiques berbères,  Gnawa, d'Afrique de l'Ouest, rock, jazz et blues.  Produit par Martin Meissonnier, le CD renouvelle poétiquement le genre, mêlant comme sur « Janna Ifrikia »  sonorités de l'Afrique subsaharienne à celles des seventies pop ou prenant parfois des accents de rock progressif (« Sotanbi »). On signalera avant tout la qualité des parties chorales et la musicalité  bigarrée et mélodique (guitares, n’goni, kora, percussions) de l'ensemble, faisant de Poetic Trance un disque décisif ! 



















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire