lundi 4 mai 2020

The Triangle, le nouvel opus de Lisa Mills



Avec The Triangle, opus orienté vers le gospel, la soul et le rhythm and blues, Lisa Mills rend hommage au fabuleux patrimoine musical du sud des Etats-Unis.


Sortant 6 ans après I’m changing The Triangle est le 6e opus de Lisa Mills, dont la voix rauque et mélodique rappelle parfois ses  compatriotes  Sari Schoor et Robin Mckelle - cette dernière vient  d'ailleurs de sortir un excellent disque de reprises  [CD Alterations (2020]. Originaire du Mississippi la chanteuse et guitariste Lisa Mills  est une figure musicale familière du sud profond. Enfant, elle chantait déjà dans une église du Mississippi construite par ses grands-parents.


Elle a commencé sa carrière discographique au début des années 2000.  Pour ce nouvel opus de 14 titres (durée 50 mn) l’Américaine s’est entourée de musiciens chevronnés. The Triangle a été enregistré à Muscle Schoals (Alabama),  à Memphis (Tennessee) et à Jackson (Mississippi). Loin d’être un simple exercice de style, comme c’est souvent le cas pour des disques de reprises, The Triangle dégage un feeling rare.  D’emblée l’on constate  l’audacieuse qualité instrumentale et le timbre inventif de Mills oscillant entre Janis Joplin, Brenda Lee et Etta James.


D’ailleurs la yankee reprend avec habileté « I’d Rather Go Blind », un des  tubes d'Etta James,  dans une version très swing où  style big band et  chant  à la Joplin font mouche.  Enregistré à l’origine par Little Richard au début des seventies « Greenwood Mississippi » est un autre titre plaisant  que Mills nous  propose dans une savoureuse mixture bluesy-rock sur fond de cuivres éruptifs, d'accords de guitare pétaradants et d’envolées d’orgues batifolantes. On signalera aussi d'intéressantes reprises sur un ton gospel des mélodies « That How Strong My Love Is » (Otis Redding) et de « Same Time Same Place », chanté un temps par Isaac Hayes (1942-2008), chanteur soul  moins connu en France que Marvin Gaye.

Lisa Mills

Ballade captive  « Members only » (Bobby Blue Band) s'étire sur fond de langueur psychédélique (claviers)  style Procul Harum  et de frémissant timbre gospel  à la Etta James. Quant à « Slip Away », il dégage un agréable climat à la The Eagles (période Long Run) s'étirant sur un élégant crescendo West Coast guitare/batterie/claviers. Titre particulièrement accrocheur « Tell mama » (Etta James) mêle astucieusement climats jazz, prog et soul.  Au final The Triangle sonne vraiment très pro (production, arrangements, chant, composition) mais surtout dégage  un réel et excitant feeling.


The Triangle, Lisa Mills,  Warner / BMG Rights Management, USA, 2020


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire