lundi 27 avril 2020

I am not a dog on a chain, le nouvel opus de Morrissey


Juste un an après California Son (disque de reprises) Morrissey en grande forme sort I am not a dog on a chain, un opus rythmé,  introspectif et aventureux enregistré en France à Saint-Rémy de Provence.


Auteur-compositeur culte, l’ex-chanteur des The Smiths mène depuis la fin des eighties [1er CD Viva Hate (1988)] une carrière solo aussi intéressante que confidentielle. Deux ans après son disque studio mi-figue, mi-raisin Lowin Hight School le Britannique nous propose avec I am not a dog on a chain  (le 13e)  un opus ambitieux à la fois pêchu et atmosphérique. Morrrissey se renouvelle subtilement, orientant davantage sa musique vers les synthés tout en mettant les  guitares en retrait. Le 1er titre donne le ton général de I am not a dog on a chain.

Morrissey

« Jim Jim Falls » est un morceau entraînant évoluant sur une base rythmique électro rappelant parfois U2 et The Cure. Amené par un efficace crescendo synthés/batterie/guitare   Morrissey  propose sur « Knock About World »  un mélodique  titre synth pop  imprégné de sourde mélancolie. Comme souvent chez l'ex-The Smiths la musique vient subtilement contredire des textes franchement pessimistes. En effet, Morrissey est un vrai tourmenté, assez proche - dans sa façon de concevoir le monde - de grands loups solitaires du rock comme Lou Reed, Peter Hamill ou Tim Buckley. Mais sans doute il s'inscrit davantage  sur le mode de l’artiste visionnaire que sur celui du dandy maudit style Pete Doherty.


Il y a  chez Morrissey - qui vient d'avoir 60 ans ! - une autocomplaisance certaine - parfois même franchement agaçante - pour l'énumération introspective de tous les maux de la terre. Mais depuis The Smiths cela fait entièrement partie du personnage. “Did you see the nerve gas? Children crying / Did you see the sad rich, hunting down, shooting down elephants and lions?” ("Avez-vous vu le gaz neurotoxique ? Les enfants pleurer / Avez-vous vu le triste riche qui traque et abat les éléphants ?"), chante lyriquement Morrissey sur « Love Is On It's Way Out »,  dont l'engagement en faveur des causes humanitaire et animale est connu. L'on retrouve ainsi le  même pessimisme diffus dans  « Jim Jim Falls », chanson sur le suicide où Morrissey conclut laconiquement : « If you want to kill yourself, then for God's sake, just kill yourself ».


Aussi efficacement que le fait par exemple  l'Iggy Pop vieillissant  sur Post Pop Depression (2016)  Morrissey a un talent inné pour  promener sa belle voix de crooner sur des airs modernes et nostalgiques. Morceau intimiste et mélancolique - dont le climat musical se profile proche de Depeche Mode - « Once I saw The River Clean » évoque le Manchester de sa jeunesse, sa grand-mère et le temps qui passe. Chanson antipresse « I am not a dog on a chain » surfe agréablement sur des rythmes pop et légers rappelant à la fois Joe Jackson, The Korgis et The Talking Heads. Néanmoins, certains titres sentent un peu le réchauffé comme « What Kind Of People Live In These Houses », lorgnant vers un folk FM style West Coast ou « Darling, I hug a pilon », un peu mielleux avec ses emphatiques cuivres.


Quoique propulsée par une instrumentation solide la lyrique et pessimiste chanson « Love Is On It's Way Out » se profile  maniérée et redondante. En revanche  « The secret of music »  surprend par son climat Krautrock avant-gardiste assez proche de la période berlinoise de Bowie.   Morrissey pond un de ses meilleurs morceaux avec « Bobby, Don't You Think They Know » qu'il chante  en duo avec Thelma Houston, une reine du R & B. C'est un titre puissant aux atmosphères électro new wave, prog,  jazzy et soul. Les vocalises sont superbes et le titre serpente habilement entre piano alerte à la Fats Domino, cuivres somptueux à la Chicago et orgues lancinants à la Procol Harum   Avec I am not a dog on a chain Morrissey, artiste secret et imprévisible, nous propose une oeuvre certes  bigarrée et imparfaite mais suffisamment forte et émouvante pour encore nous surprendre.

I am not a dog on a chain, Morrissey, BMG Recordings / Etienne, UK, 2020

Morrissey

Aucun commentaire:

Publier un commentaire