lundi 20 avril 2020

Hypernova, le nouvel opus de Jiggy



3 ans après Translate Jiggy sort Hypernova, un 2e opus diablement mélodique mêlant sonorités groove/world et musiques traditionnelles irlandaise et indienne.


Quoique récente cette originale formation irlandaise a su conquérir depuis le CD Translate un vaste public international. Par sa richesse musicale et sa variété de styles Hypernova (13 titres) confirme l’aspect novateur et aventureux de ce groupe emblématique, serpentant agréablement dans les contrées world et celtic. L'univers musical de Jiggy rappelle sympathiquement les meilleurs groupes de trad fusion : Flook, Clannad, Wolfstone, Capercaillie ou l’Afro Celt Sound, dont fut d’ailleurs membre Robbie Harris, le percussionniste de Jiggy.

Hypernova

Mais en écoutant attentivement Hypernova la démarche  de Jiggy fait furieusement songer à celle de Kila, probablement la formation de musique celtique traditionnelle qui a poussé le plus loin ses expérimentations world. Rassemblé autour des 7 membres originaux de Jiggy Hypernova réunit 5 nouvelles contributions vocales et une quinzaine d’invités musiciens. L’instrumentation est toujours aussi recherchée. Elle alterne entre instruments traditionnels (flûte, violon, guitare, percussions) et instruments d’Afrique ou d’Inde (mridangam, dholak, konnakol, kanjira), ce qui donne à la musique de Jiggy cette couleur à la fois pulsative, sensuelle et légère.

« Hypernova »

Cette touche nous est d'ailleurs suggérée par une pochette en noir et blanc un peu space, promesse d'espace et d'évasion. Le titre « Hypernova » ouvre l’opus en toute décontraction avec un remuant crescendo flûte/synthés/cornemuse/bodhran/percussions et un chant mélodique. Quant à « Man of Aran», c’est un rap jungle celtic à la fois raffiné et puissant. « Back to Belfast » alterne entre celtic, dance music et hip hop. Oscillant entre musique des Balkans et celtic reggae « Crossing the Rhine » est un titre entraînant sur fond de de tablas crépusculaires et de vocalises aériennes.

« Man of Aran»

Propulsé par une grosse basse reggae et des roulements lointains de tablas « Séamuisin » séduit par son mix vocal alternant entre l’Alan Stivell de « Brian Boru » et des intonations d'Asie du Sud-Est. Ayant pour thème le meurtre d’un enfant « Who Put the Blood » propose un climat beaucoup plus sombre que le reste de l’opus. Faisant songer un peu à Muse, le morceau s’étire sur fond de cold new wave et et de musique traditionnelle irlandaise.
Avec Hypernova le cosmopolite Jiggy poursuit une aventure musicale aussi excitante qu'imprévisible, suivant ainsi des précurseurs comme Marxman, Martyn Bennett ou l'Afro Celt Sound System.

Hypernova, Jiggy, Big Beat Music, Irlande, 2020

« Who Put the Blood »

« Tal »  live








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire