lundi 18 novembre 2019

In Fabric



Avec In Fabric Peter Strickland  signe un thriller horrifique plutôt prenant et bien ficelé sur fond de critique de l’industrie de la mode et du culte du corps.

Pour son 4e long métrage le réalisateur britannique de  Berberian Sound Studio (2012) et de The Duke of Burgundy (2015)  nous plonge dans un univers morbide - non dénué  d’humour grinçant  - à travers une histoire suffisamment tordue pour figurer dans une anthologie des films d’horreur pas comme les autres. L’histoire s’articule autour d’une robe rouge  entraînant la désolation chez ses propriétaires successifs. 

In Fabric

Autour de ce vêtement  dévastateur il y a une étrange boutique de prêt-à-porter (la Dentley & Soper’s) tenue par des personnages excentriques. On y retrouve Gwendoline Christie [la Brienne de Game of Thrones], dans un rôle de boutiquière  barge et véreuse. Quant à Richard Bremmer, il interprète  Mr Lundy,  un vieux dégueulasse aux manières policées.  Sa silhouette déglinguée et vampirique rappelle celle de Peter Cushing et de Christopher Lee. Par son ton délibérément décalé  In Fabric rappelle l’excellent De jurk [La robe] (1996) d’Alex van Warmerdam,  qui contait l’histoire d’une robe portant la poisse à ses multiples possesseurs, le tout sur fond d’univers morbide et fétichiste.

In Fabric

Quoique très différent du moite et malicieux  long métrage du cinéaste néerlandais celui de Strickland n’en distille pas moins le même fort et savoureux  climat d'irrationalité. Le scénario de Strickland  ne frappe pas immédiatement par son originalité. Mais par ses scènes cultes [celle de la robe rouge volante ou de la machine à laver explosive],  son ton décalé et et une esthétique léchée et rétro In Fabric se révèle surprenant. Le film est porté par de subtils décors, un raffinement des costumes  et des maquillages sans oublier  une musique space entêtante.

In Fabric

Avec ses mannequins dépareillés, ses personnages brumeux et son diabolique magasin  l'atmosphère de In Fabric  n’est pas sans évoquer celle des films de la Hammer. Outre De jurk In Fabric peut aussi par intermittences rappeler de bons classiques comme Suspira de Guadagnino, Le bal des vampires de Polanski ou La petite boutique des horreurs d’OZ. Incorporant d’une façon subtile à son conte d’horreur  des personnages du quotidien (l’employée de banque modèle, le réparateur timoré de machines à laver...)  Peter Strickland avec In Fabric nous propose un film aussi haletant que cocasse.

durée : 1 h 58

In Fabric,  un film anglais de Peter Strickland, épouvante-horreur, thriller, Royaume Uni, 2019
Avec Marianne Jean-Baptiste, Gwendoline Christie, Fatma Mohamed, Hayley Squires, Julian Barratt








Aucun commentaire:

Publier un commentaire