lundi 28 octobre 2019

Six Strings Under, le nouvel opus de Eric Legnini


Deux ans après Waxx Up le pianiste belge Eric Legnini fait son grand retour avec Six Strings Under, un opus acoustique plein de charme dans une formule toute à cordes héritée des grands trios de Nat Cole, Oscar Peterson ou Ahmed Jamal !


Eric Legnini est un pianiste de jazz qui a fait ses gammes aux Etats- Unis avec Richie Beirach, disciple de Herbie Hancock et de Phineas Newborn. Il a commencé sa carrière discographique en 1990 avec l’album Essentiels. Avec ce nouveau disque (le 14e)  Eric Legnini retrouve son contrebassiste fétiche Thomas Bramerie, et invite pour la première fois deux guitaristes renommés Hugo Lippi et Rocky Grasset.

Eric Legnini

Lippi a fait partie du quartet du trompettiste Fabien Mary. Quant à Grasset, guitariste autodidacte d'origine gitane, c'est un musicien réputé au sein du jazz manouche. Cette formule piano-contrebasse-guitare donne à Six Strings Under une réelle saveur à la fois percutante, chatoyante, légère et mélancolique. Et sans doute c'est cette belle alchimie ensoleillée entre les cordes du piano, des guitares et de la contrebasse qui donne au CD tout son charme et sa tonicité. La musique de Six Strings Under mélange habilement  jazz atmosphérique avec une petite touche « manouche »,  bossa-nova et 'ambiance BO de film.


Egalement Six Strings Under marque un retour aux formats acoustique et instrumental  après les opus précédents d'Eric Legnini, plus électriques et orientés vers le chant - la trilogie “The Vox” -“Sing Twice” - “Waxx Up” avec Hugh Coltman, Mamani Keïta, Yael Naïm ou Krystle Warren. Riche de 11 titres Six Strings Under,  clin d’œil à la fameuse série anglaise, débute par « Boda Boda », titre tonique aux rythmes chaloupés avec des climats afro beat à la Fela.


« Daydreaming »  flirte avec la pop de Radiohead. Quant à « La Mangueira » elle rappelle la bonne vieille bossa-nova du Brésilien Carlos Jobim. Très swing « Stompin' At The Savoy »  est une reprise d'un classique du jazz des années 30 chanté par Judy Garland. On signalera aussi la version lente et dépouillée de « Space Oddity  », le classique spatial de David Bowie qui prend là sans guitares une nouvelle  coloration  intimiste.  Au final un opus raffiné et prenant, attestant la haute  maturité musicale d'un pianiste, infatigable prestidigitateur de rythmologies anciennes et nouvelles !

Six Strings Under, Eric Legnini, Anteprima / Bendo Music, France, 2019

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire