lundi 26 février 2018

Une sombre histoire de girafe



Tonique et drôle, Une sombre histoire de girafe évoque le problématique séjour de quatre amis ayant loué une maison de vacances. Ecrite par Magali Miniac et mise en scène par Nicolas Martinez, cette  impertinente comédie au ton moderne se joue actuellement au Théâtre des Béliers Parisiens.


L’histoire d’Une sombre histoire de girafe peut  sembler bien anecdotique, voire minimaliste : quatre personnages, dont un couple avec un bébé, sont réunis pour la première fois dans une villa sous le soleil des Cévennes. Ces quelques jours de vacances  se transformeront progressivement en pugilat verbal et musclé règlement de comptes.  L’originalité et la saveur du texte d’Une sombre histoire de girafe tient sans doute beaucoup à l'aspect réaliste et dérisoire de ses personnages mais aussi par sa grande familiarité avec une large panoplie de thèmes à la mode :  stress, jalousie, rapports parents-enfants, famille recomposée, harcèlement, vie conjugale… 

Une sombre histoire de girafe - Théâtre des Béliers Parisiens

Pour évoquer ces thèmes « sérieux », l’auteure a choisi le judicieux prétexte narratif  d’une banale invitation  entre amis,  aspirant avant tout à la tranquillité estivale, qui va  progressivement se transformer pour tous en étouffante expérience psychologique. Au début, le couple invité devra faire front commun face à un ennemi peu dangereux : un bébé accaparant ses parents et dont les horaires capricieux de réveil anéantissent toutes les velléités de baignade et de farniente du couple - un bébé également source de sournoise mésentente chez les parents. Amusante par ses innombrables non-dits exposés et sachant contourner les travers - parfois assommants - d'un simple comique de situation, la pièce est propulsée par le jeu  spontané d'habiles comédiens.

Une sombre histoire de girafe - Théâtre des Béliers Parisiens

Dans leur rôle de trentenaires beaufs, bavards et hyperconnectés  Guillaume Clérice et Sébastien Pierre sont très crédibles  ; Emmanuelle Bougerol et Magali Miniac ne le sont pas moins, en compagnes  minées par l'arrogance et l'intense paranoïa  de leurs compagnons. Derrière l’apparente assurance  des deux personnages masculins, la  comédie nous laisse deviner  leur  insécurité permanente, dont la jalousie nous est présentée comme le symptôme le plus visible.  La mise en scène s'inscrit  en une amusante progression narrative,  nous laissant deviner, outre leur labilité, leur rage d’être   - par leurs compagnes - mis  face à leurs propres contradictions. Au final, Une sombre histoire de girafe est un spectacle particulièrement bien rodé.

Une sombre histoire de girafe - Théâtre des Béliers Parisiens

On rit car les personnages sonnent souvent vrai et renvoient au caractère dérisoire de ce que savamment le sociologue Erving Goffman nommait " la Mise en scène de la vie quotidienne". Au fond les personnages d'Une sombre histoire de girafe ne sont pas fondamentalement différents de ceux interprétés dans le cinéma populaire par  les Blanc/Jugnot/Balasko/Chazel et autres Clavier. Comme eux, ils grattent un certain air du temps, captant ça et là l'effet comique, qui flirte toujours derrière la réalité.  On recommandera d’autant plus cette pièce que le rire est un peu le parent pauvre du  théâtre, cantonné  bien souvent entre un énième Feydeau bon marché (!) et une sempiternelle comédie parisienne bien cucul la praline (!!).

durée : 1 h 20

Une sombre histoire de girafe, une comédie de Magali Miniac
Mise en scène : Nicolas Martinez
Avec Emmanuelle Bougerol, Guillaume Clérice, Magali Miniac et Sébastien Pierre

Théâtre des Béliers Parisiens
14 bis rue Sainte-Isaure
Paris 18e
horaires : du mardi au samedi à 21 h, le dimanche à 15 h

Une sombre histoire de girafe - Théâtre des Béliers Parisiens





Aucun commentaire:

Publier un commentaire