lundi 6 février 2017

Train Train (E’pericoloso sporgersi)




Avec Train Train (E’pericoloso sporgersi), mis en scène collectivement par La Compagnie c’est bien agréable, David Talbot signe une tragi-comédie poétique et drôle sur fond d’univers ferroviaire.


Une mystérieuse brune pète-sec, une enseignante mythomane et déboussolée, une vendeuse geignarde et sentimentale, un contrôleur philosophe et donjuanesque… A travers ces quatre personnages clés à la fois pittoresques et pas si caricaturaux que l’on pourrait croire, l’auteur et comédien David Talbot nous conte sur le mode grinçant et jubilatoire une comédie moderne de caractères papillonnant sur les petits bobos métaphysiques et les réminiscences burlesques du quotidien de trois voyageuses, contraintes - lors d’un dernier trajet de ligne secondaire - de cohabiter dans un train de nuit en compagnie d’un contrôleur plutôt spécial, se dédoublant occasionnellement en couchettiste. Humoristiquement, le décor central de la petite scène de la Comédie Bastille dévoile un podium à trois marches [le même utilisé pour la remise des trophées sportifs !], soulignant ainsi à travers ce voyage plutôt statique la place dévolue dans la vie à chacune de ces femmes.


Aurélie Boquien, David Talbot, Gaëlle Lebert, Sandrine Molaro dans Train Train
 de David Talbot © Benoit Basset Photographe

Confidences, sursauts de camaraderie, disputes ou petit meurtre discret ponctueront cet étrange voyage, qui par sa dérision poétique (gestuelle et mimiques) nous oriente vers un univers à la Tati et dont le questionnement social subtilement décalé peut aussi nous rappeler une belle tradition d’auteurs populaires comme René Fallet ou Roland Dubillard aujourd’hui un peu oubliés, voire méprisés. Alertes et très pros, les trois comédiennes - Aurélie Boquien, Sandrine Molaro et Gaëlle Lebert - interprètent ces personnages emblématiques sans avoir besoin de surjouer. En contrôleur candide, futé et désopilant, David Talbot complète savoureusement cette galerie à la fois tendre et incisive de personnages à la fois simples et décalés, semblant tout droit sortis d’un théâtre de l’absurde à la Pinter/Ionesco. Quant au texte de Talbot, il accroche par un système narratif assez original. (Exprimant peut être de cette manière l’incongruité de leur condition et des situations imprévisibles auxquelles ils sont confrontés, les personnages s’exprimeront parfois à la troisième personne ou encore ressusciteront sur scène sans prévenir !). Avec Train Train (E’pericoloso sporgersi) David Talbot et La Compagnie c’est bien agréable mène à tambour battant un projet théâtral ambitieux, marqué par la drôlerie, la légèreté et par la férocité de la métaphore sociale.

durée : 1 h 30

Train Train (E’pericoloso sporgersi), une pièce de David Talbot
Mise en scène : La Compagnie c’est bien agréable - Gaëlle Lebert/ Sandrine Molaro/ David Talbot
Avec Aurélie Boquien, Gaëlle Lebert, Sandrine Molaro et David Talbot

Comédie Bastille
5, rue Nicolas Appert
Paris 11e
horaires : dimanches et lundis (21 h)

jusqu’au 17 avril 2017


























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire