lundi 21 octobre 2019

Renée Gailhoustet : une poétique du logement



Architecte et urbaniste Renée  Gailhoustet (né en 1929) aura passé une trentaine d’années à mettre en forme son engagement social par le biais d'une vision forte du logement collectif.


Exhaustif et agrémenté de 150 illustrations l''ouvrage  de Bénédicte Chaljub Renée Gailhoustet  : une poétique du logement  nous familiarise avec une des architectes majeures contemporaines, qui audacieusement a conçu d'autres formes de logements et d'équipement publics que les modèles en série de son époque.

Renée Gailhoustet - Quartier de la Maladrerie, Aubervilliers, 1975-1985

Renée Gailhoustet est à l’origine de plusieurs constructions reconnues : les logements de la Maladrerie, à Aubervilliers (1974-1984), ceux de l’îlot basilique, à Saint-Denis (1985) ou encore de la rue Etienne-Fajon à Villetaneuse (1996). On lui doit aussi la rénovation du centre-ville d’Ivry-sur-Seine où ont été réalisées, sous sa conduite, de nombreuses opérations de logement. La maison de quartier Jacques Brel de Romainville et les Ateliers de la Montjoie à la Plaine Saint-Denis portent aussi son sceau.

Renée Gailhoustet - Le Liégat, Ivry-sur-Seine, 1971-1982

Conjointement à Jean Renaudie, elle propose un principe de construction en gradins à Ivry-sur-Seine. Par opposition au zoning et aux grands ensembles, Renée Gailhoustet préconise une architecture aux espaces et parcours diversifiés, portant ainsi une réflexion inédite sur la ville et le logement collectif. Réalisé sur plus de vingt ans, le centre-ville d’Ivry-sur-Seine est sans doute un des chantiers les plus importants de  l'architecte ainsi qu'un laboratoire expérimental initial.

Vue de l'appartement de Renée Gailhoustet, au 4e étage -   Le Liégat

De 1962 à 1975, elle y édifia des bâtiments de logements sociaux inspirés de Le Corbusier : les tours Raspail (1963-1968), Lénine (1966-1970), Casanova (1971-1973) et Jeanne Hachette (1972-1975), ainsi que l’ensemble Spinoza, impressionnant avatar de l’unité d’habitation de Marseille (1966-1973). Soulignant à la fois la modernité et le sous-jacent humaniste des oeuvres architecturales de  Renée Gailhoustet  Bénédicte Chaljub a cette jolie formule : « Les réalisations de Renée Gailhoustet  illustrent le plaisir de transgresser les règles pour en élaborer de nouvelles qui aboutissent à des espaces invitant au plaisir d'habiter ».

Bénédicte Chaljub, Renée Gailhoustet : une poétique du logement, éditions du Patrimoine, collection « Carnets d'architectes », 176 pages/150 illustrations, 2019








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire