lundi 23 juillet 2018

Rétrospective Gupta


© Subodh Gupta Pinault Collection
Very Hungry God, 2006.

Imprégnée d’une théâtralité étincelante un peu kitch, l’œuvre du plasticien indien Subodh Gupta  surprend.  A la Monnaie de Paris l’on peut découvrir une trentaine de ses pièces en bronze ou en acier inoxydable - son matériau fétiche.

C’est sans doute par la singularité même de sa démarche artistique, friande par ailleurs en sculptures monumentales, que Gupta, né en 1964 dans l’Etat du Bihar, est devenu en quelques décennies une figure charismatique de l’art contemporain indien à travers d'innombrables sculptures, installations et peintures. Son matériau de base est constitué d’objets emblématiques de la vie quotidienne indienne.

Courtesy of the artist and Hauser & Wirth
Two Cows, 2003-2008.

Ils occupent un espace subtilement délimité et semblent jaillir de nulle part. Curieusement, son oeuvre, contrairement à bon nombre d’artistes marqués  par le pop art ou le ready made ne semble pas particulièrement  motivée par le simple fait de chercher à transformer la banalité des objets en œuvres d’art. A travers ses sculptures aux relents de géants surréalistes,  Gupta semble plutôt attiré par l'idée d’ambivalence des cultures, par les conflits sous-jacents entre modernité occidentale et tradition hindoue. Spill (2007) montrait toutes sortes de récipients en inox débordant d’un seau rutilant. Au cours de cette première rétrospective française de la Monnaie de Paris consacrée à Gupta, l’on remarquera la persistance thématique (obsessionnelle ?) de son art.

 
Courtesy of the artist and Hauser & Wirth Photo : Genevieve HansonJal Mein Kumbh,
 Kumbh Mein Jal Hai, 2005.

(L'on remarquera  In This Vessel Lie The Seven Seas (2016), peinture à l’huile et impression numérique en aluminium exprimant la dimension cosmique  de la nourriture, très présente chez Gupta. Pas très éloigné pour son esprit surréaliste  de Spill l’on découvrira le récent Unknown Treasure (2017), énorme pot en bronze déversant les objets culinaires des quatre coins de l’Inde. Encore dans le registre culinaire, mais en nettement plus morbide, l'on signalera l’effrayant Very Very Hungry God, son œuvre la plus connue. Elle représente une tête de mort démesurée, ornée de centaines d’ustensiles en Inox.

© Martin Argyroglo Subodh Gupta en résidence à la Monnaie de Paris.

Cette vanité  reflèterait sa vision de la dualité entre société de consommation et famine. Egalement, outre un drôle et futuriste vélo (Two Cows, 2003-2008) et l’Ambassador, mythique voiture de l’Inde (Doot, 2003), l’on remarquera l’incroyable arbre de métal (People Tree, 2014) trônant dans la cour d’honneur de l’hôtel de la Monnaie. Au final, cette rétrospective nous fait découvrir une œuvre souvent drôle, absurde,  en tout cas profondément divertissante pour l’esprit. Il n’en reste pas moins que les réalisations de Gupta puisent abondamment dans des interrogations politiques, économiques, philosophiques et spirituelles.

Rétrospective Gupta
Monnaie de Paris
11, quai de Conti
Paris 6e
horaires : du mardi au dimanche de 11 h à 19 h, nocturne le mercredi jusqu'à 21 h

jusqu'au 26 août 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire