lundi 12 novembre 2018

Calling, le nouvel opus de Stuckfish



Alliant rock mélodique et modernité pop, les Anglais de Stuckfish sortent un percutant premier opus  intitulé Calling.


Formé en 2017, Stuckfish est le fruit de la collaboration entre deux anciens musiciens, le guitariste Adrien Fisher et Phil Stuckey, qui chante et écrit les textes au sein du groupe. D’emblée, à l’écoute de ce CD de 10 titres, Calling revêt tous les contours d’un bon rock mélodique à la fois raffiné et accrocheur, dans lequel l’on repère des influences classic rock plutôt allemandes et américaines. En vrac, la musique de Stuckfish peut rappeler Kansas, Saga, Scorpions, UFO, Rush ou Uriah Heep. Cependant, la formation affiche une vraie personnalité musicale et ses chansons se profilent sous un style aussi riche que varié.

Stuckfish

A la fois nonchalant et tonique, le rock mélodique de Stuckfish s’oriente habilement vers des rivages aux accents West-Coat (« Better to Run »), heavy pop (le trépidant « Overwhelmed ») ou progressifs (« Calling »). Par ailleurs le groupe semble avoir trouvé une bonne formule entre le timbre puissant et émotif de Stuckey - quelque part entre Klaus Meine (Scorpions) et Peter Nichols (IQ) - et les parties de guitares variées de Fisher dont le style, au fil des titres, peut passer de David Gilmour à… Iron Maiden en passant par Nazareth, aujourd’hui bien oublié. On pourra apprécier cette belle aisance musicale, par exemple dans un morceau comme « Brave Man » - bon vieux hard rock mélodique sur tempo lent tout à fait dans l’esprit d’un Rush ou Deep Purple - ou encore sur le reptilien « Wall of Silence »,  oscillant entre pop prog à la John Wetton et musique californienne à la  Eagles.


Par leurs aventureuses parties de guitares et leurs légères envolées de claviers les excellents « Calling » et « The Man that I’ve become » nous ramènent à des rivages davantage progressifs. Rappelant un peu le Queen des débuts « Something to Believe in » est un titre un peu sucré et convenu. Quant à « Breathe », objet d’une construction habile entre le chant inspiré et un impétueux crescendo guitare/basse/batterie/claviers, c’est un titre aussi mélodique que rythmé. On signalera aussi l’excellent « Better to Run », construit autour d’un crescendo guitare/batterie et des parties vocales style Bee Gees/Eagles. Par sa grande maturité musicale et par la qualité de chant, ce premier opus nous révèle un groupe plus que prometteur !

Calling, Stuckfish, Sonic Portrait Records, UK, 2018


Stuckfish « Into the Fire » live at Maggic Bank, septembre 2018



Aucun commentaire:

Publier un commentaire