lundi 25 juin 2018

Expo Sabine Weiss - Les villes, la rue, l'autre



Entre témoignage humaniste et photo documentaire, les oeuvres de Sabine Weiss frappent encore aujourd'hui par leur beauté nostalgique et une espièglerie stylisée. A la Galerie de photographies, le Centre Pompidou en présente un échantillon significatif de la période 1945-1960.


Sabine Weiss est née en 1924 dans un village suisse. Par son œuvre subtilement artisanale et proche des gens, elle fait partie de cette grande école humaniste qui rassembla des talents aussi divers que Robert Doisneau, Willy Ronnis, Edouard Boubat ou Brassaï. (Au début des années 50, Weiss rejoignit l’agence Rapho sur la recommandation de Doisneau.) L’expo de Beaubourg rend hommage à une grande dame de la photo - un peu moins connue que les autres -, qui dès 1945 à 21 ans entreprit des reportages photographiques.

Sabine Weiss, New York, Etats-Unis, 1955Epreuve gélatino-argentique - 23,3 × 30,3 cm Collection Centre Pompidou, Paris © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat/ Dist. RMN-GP © Sabine Weiss

Comme le sous-titre de l’expo nous l’avertit, la rue, la ville et les gens forment le cadre sensible de son œuvre. En effet, Weiss privilégie - et sans démagogie - quartiers populaires et gens simples. « Je suis sensible aux gens qui m‘environnent. Une image toute simple, dépouillée, mais qui montre la joie, le malheur ou l’hésitation d’un individu, c’est ce que j’aime », confiera-t-elle. Au fil de cet intéressant parcours photographique, imprégné de nostalgie, on partira ainsi à la rencontre d'un pêcheur sur les quais de Seine, de lavandières bretonnes, de collégiens perchés dans les arbres ou encore de passants arpentant des couloirs de métro. On passera d’une certaine bonhomie provinciale d'après-guerre - toute française - à la frénésie remuante des grandes avenues de New York, en passant par des scènes populaires de rue à Moscou, datant du début des années 60.

Sabine Weiss, Moscou, URSS, 1961Epreuve gélatino-argentique - 23,8 × 29 cm Collection Centre Pompidou, Paris © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat/Dist. RMN-GP © Sabine Weiss

A la fois simples, familières et infiniment vintage, les photos de Weiss dégagent une esthétique puissante. Ainsi, ses élégantes photos en noir et blanc offrent d’innombrables jeux d'ombre et lumière, comme l’emblématique Place de la Concorde (1953), un jour de pluie. A la fois légères et mélancoliques, ces photos peuvent être perçues comme une forme de méditation amusée sur le temps. Sabine Weiss confia un jour : « Je photographie pour conserver l’éphémère, fixer le hasard, garder en image ce qui va disparaître : gestes, attitudes, objets qui sont des témoignages de notre passage. L’appareil les ramasse, les fige au moment même où ils disparaissent ».

Place de la Concorde, Paris, France, 1953 © Centre Pompidou, 
épreuve gélatine argentique, 30,4 x 20,1 cm
MNAM-CCI/Philippe Migeat/Dist. RMN-GP © Sabine Weiss 

Expo Sabine Weiss - Les villes, la rue, l'autre
Centre Pompidou
Galerie des photographies (niveau - 1)
Paris 4e
horaires : tous les jours de 11 h à 21 h (sauf le mardi)
Entrée libre

jusqu'au 15 octobre 2018


Sabine Weiss photographiée en juin 2016
au château de Tours par Jacques Maugars.



























Aucun commentaire:

Publier un commentaire