lundi 25 février 2019

Jean-Michel Coulon 1920-2014




Dans un ouvrage intitulé simplement Jean-Michel Coulon  1920-2014 Lydia Harambourg explore l’œuvre confidentielle d’un peintre visionnaire inspiré par la matière, la couleur et la lumière.


A 7 ans lors d’une visite de la Sainte-Chapelle avec son père, le futur peintre fut fasciné par la combinaison des couleurs des vitraux. Cette expérience le bouleversa. Mêlant repères biographiques et analyse de l’œuvre picturale le livre de Lydia Harambourg rend hommage à la création d’un grand artiste iconoclaste, qui fait actuellement l'objet d’une expo à la Maison des Arts de Châtillon (92). La carrière de Coulon s’étire sur près de 70 ans (dès 20 ans il décide de se consacrer à la peinture !).

JM Coulon
sans titre, vers 2000, collage, 10,5 x 9 cm

Décennie par décennie, l'auteur scrute le cheminement discrètement aventureux d’un artiste qui explora de façon originale les sentiers imprévus de l’abstraction : compositions monochromes des années 40 abstraites et géométriques ; années sombres des années 50 marquées par la puissance des formes verticales ; retour dans les années 60 à des couleurs exubérantes. L’œuvre mystérieuse de Coulon semble indéfiniment orientée vers le vertige tranquille de la reformulation de la matière d'où une certaine spiritualité qui s'en dégage. « Son oeuvre convoque le réel pour en extraire l’essence », résume justement un historien d'art.  Les décennies suivantes orienteront son œuvre vers une simplicité extrême ainsi que vers des couleurs lumineuses.

JM Coulon
sans titre,vers 2012-2014, collage 17 x 17 cm

A partir des années 2000, il composera des collages réalisés sur des papiers Canson. Le peintre se sentait proche d'artistes tels que Nicolas de Staël, André Lanskoy, Maria Elena, Vieira da Silva, Arpad Szenes et même Picasso à qui, adolescent, il refusa même de lui donner un dessin (!). Coulon évoluera dans la mouvance des cercles artistiques de la seconde Ecole de Paris. Outre les très nombreuses reproductions de son œuvre, l’ouvrage propose une biographie détaillée assortie de photos et de témoignages d'intimes. On signalera aussi les extraits de ses correspondances et écrits, qui nous renseignent autant sur l’homme que sur sa façon d’expérimenter la peinture. « De la couleur d’où la lumière surgit, de l’accord des rythmes, des structures, naît la peinture de Jean-Michel Coulon qui exprime dans son essence même la spiritualisation de la matière. », note l'auteure. Un hommage bien mérité pour un artiste assurément de la même trempe qu’un Fautrier ou un de Staël !

Lydia Harambourg, Jean-Michel Coulon 1920-2014, ouvrage bilingue français-anglais, éditions Gourcuff Gradenigo, format 24 x 28 cm, relié, 208 pages, 2018


JM Coulon
sans titre, années 1970

A signaler : expo Jean-Michel Coulon - Une vie pour la peinture, 1920-2014 à la Maison des Arts de Châtillon (92) - jusqu'au 2 mars 2019










Aucun commentaire:

Publier un commentaire