lundi 25 janvier 2016

Les étranges maisons bulles d'Antti Lovag


Maison du Rouréou (maison Gaudet) à Tourrettes-sur-Loup, 1986

 Palais Bulles de Pierre Cardin (intérieur) à Théoule-su-Mer, 1975

Antti Lovag (1920-2014)

Se déclarant « habitologue » le Hongrois Antti Lovag a développé un original concept d’architecture organique inspirée des formes de la nature et en harmonie avec la morphologie humaine. Etendant son travail jusqu’au mobilier - qui s’adapte aux courbes de ses habitations -, il fut un des précurseurs de la Blob architecture. Parmi ses œuvres majeures, l’on signalera la Maison Bernard (1971), le Palais Bulle de Pierre Cardin (1975) ou encore la Maison Gaudet (1986).


 Maison Bernard avec Pierre Bernard (architecte) 

La Maison Bernard est quasiment achevée à la fin des années 70. Conçue comme une maison familiale, elle comporte un ensemble d’espaces communs et d’espaces privatifs dédiés à chacun des quatre membres de la famille. C’est l’une des trois réalisations emblématiques de l’architecture d’Antti Lovag qui est souvent considérée comme la plus aboutie.

 

Observatoire astronomique de la Côte d’Azur à Saint-Vallier-de-Thiey, 1974


  Palais Bulles de Pierre Cardin  à Théoule-su-Mer, 1975








A la vue des maisons rondes de l’architecte Antti Lovag, à Théoule, l’imagination galope à 300 à l’heure : utérus maternel, grotte, caverne, habitation troglodyte… Et pourtant, ce ne sont que des maisons, habitables et habitées. Oui, mais des maisons qui ont été qualifiées par César de « grandes sculptures habitables » … 


En même temps, discrètes, elles se dissimulent sous une végétation aussi abondante qu’étudiée. Car "l’intégration au site" est un des credo de l’architecte, ce qui explique également leur couleur "terracotta”, destinée à se fondre avec la couleur naturelle des collines de l’Estérel.

Florence Canarelli, extrait de l’article « Maison ronde - Pour ou Antti Lovag ? » in art-cote.com 



 Maison Hélène et Christian Roux à Fontaines-sur-Saône, 1991



  Maison du Rouréou (maison Gaudet) à Tourrettes-sur-Loup, 1986








Je connaissais Antti Lovag depuis mon enfance, alors qu’il réalisait avec mon père, Pierre Bernard, la maison bulles de Théoule-sur-Mer. Chacune de ses constructions était une aventure, un processus expérimental en évolution permanente […]. Il s’inscrivait clairement dans le camp de ces architectes visionnaires des années 1960. Il avait travaillé auprès de Jacques Couëlle, l’un des premiers à développer une architecture organique. Il avait expérimenté aussi aux côtés de Pascal Hausermann et Jean-Louis Chanéac, de premières maisons bulles en plastique. C’était un homme d’une liberté absolue, anticonformiste et provocateur, pas toujours facile. Et ses maisons sont à son image. Elles symbolisent bien cette époque marquée par la recherche du plaisir. On y ressent un vrai sentiment de liberté, notamment grâce aux passages très fluides entre intérieur et extérieur. Les ouvertures sont soigneusement étudiées pour offrir dans chaque chambre une vue panoramique sur la mer. La piscine est lovée dans une anfractuosité naturelle de la roche. Et depuis la salle de bains, vous pouvez sortir directement vous sécher au soleil. 

Isabelle Bernard, 29 septembre 2014, la Croix 

Antti Lovag






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire