lundi 15 mai 2017

Expo Montmartre, décor de cinéma


Mettant en pleine lumière certains lieux emblématiques de tournages (Sacré-Cœur, Barbès, place Pigalle, rue Lepic, Moulin Rouge) ainsi que les fameux escaliers de la Butte et ses rues escarpées, l’expo Montmartre, décor de cinéma propose un intéressant parcours topographique racontant l’aventure montmartroise à travers un siècle d ‘histoire cinématographique.


Pour cette nouvelle expo, le Musée de Montmartre a rassemblé un nombre impressionnant de documents : extraits de films, maquettes, costumes, dessins préparatoires, affiches.

Juliette ou la clef des songes affiche, Marcel Carné, 1951.
Marcel Carné, Jean-Denis Malclès
Lithographie, 161 x 120,6 cm
Collection La Cinémathèque française © ADAGP
  
Symbole à l’étranger de lieu mythique et en France inséparable de la bohème, popularisée par la constante présences de peintres, d’ écrivains et de chansonniers, Montmartre occupe une place unique dans l’imaginaire cosmopolite. C’est sans doute tout l’intérêt de cette expo exhaustive et au parcours scénographique ambitieux de nous suggérer cette unicité à travers cette réinvention permanente du lieu depuis un siècle par les cinéastes. Filmé en décors naturels ou en studio [comme le méticuleux décor du métro Barbès par Trauner pour Les Portes de la nuit (1946) de Carné], Montmartre a toujours fasciné ces derniers.

© Sophie Malexis 
Les Portes de la nuit, Marcel Carné, 1946, Photographie de tournage d’Emile Savitry, dans un décor d’Alexandre Trauner, réalisée au studio de Joinville-le-Pont, Décor : Métro Barbès, Fabien Loris au centre

Quartier de la fête et du plaisir, de la pègre et de la prostitution ou terre de simples déambulations dans le Paris populaire de Prévert, Montmartre se révèle également multiple au cinéma à travers ses habitants (artistes, clochards, flics, commerçants, voyous). Cette vaste réunion d’archives proposée par le musée de Montmartre - dont beaucoup proviennent de la collection de la Cinémathèque française - nous offre un pittoresque voyage à travers Montmartre au fil des décennies. Chaque réalisateur y a retranscrit sa propre vision du quartier, des plus connus (Carné, Duvivier, L’Herbier, Autant-Lara, Truffaut, Minnelli, Huston) aux plus confidentiels (Pergament, Perret, Durand, Bourgeois, Champreux). 

Collection Jean-Pierre Jeunet
Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet, 2001, Audrey Tautou, métro Abbesses, Photogramme.

Egalement, l’expo nous rappelle que Montmartre suscite toujours l’inspiration, chez des réalisateurs contemporains comme Lelouch, Allen, Klapisch, Rouvre ou Jeunet, dont le célèbre  Le fabuleux destin d’Amélie Poulain  est largement évoqué. Au final, une expo tout-public,  bien conçue et plaisante, qui nous révèle - tant en France qu’à l’étranger - la place propondérante de Montmartre dans l’imaginaire cinématographique. 

Expo Montmartre, décor de cinéma
Musée de Montmartre - Jardins Renoir
12, rue Cortot
Paris 18e
horaires : ouvert tous les jours, de 10 h à 19 h d’avril à septembre ; de 10 h à 18 h, d’octobre à mars 
Nocturnes : le dernier jeudi de chaque mois pendant l'exposition, et tous les jeudis de juillet et août.

jusqu’au 14 janvier 2018

© DR. Les Films du Carrosse/Sedif Collection La Cinémathèque française
Les Quatre Cents Coups, François Truffaut, 1959, Jean-Pierre Léaud (Antoine Doinel), Photographie tirage moderne. 










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire