lundi 26 septembre 2016

L’Atelier de Montrouge : une expérimentation moderniste et sociale à la française…

La Petite Bibliothèque Ronde (1965), bibliothèque des enfants de Clamart,
 anciennement La Joie par les livres, 
14, rue de Champagne, Clamart 

 Crèche départementale (1964) 
19, rue Hyppolite-Mulin, Montrouge

L'Atelier et ses collaborateurs : vue (de gauche à droite) de Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer, Jean Renaudie et Jean-Louis Véret dans l'atelier de Montrouge [vers 1968] (cliché anonyme).

Agence créée en 1958 par 4 architectes, L’Atelier de Montrouge réunissait Jean Renaudie (1925-1981), Jean-Louis Véret (1927-2011), Pierre Riboulet (1928-2003) et Gérard Thurnauer (1926-2014).

Parmi les oeuvres emblématiques - s’étalant sur deux décennies (1958-1981) - de ce collectif inspiré à la fois par la question sociale et des concepts modernistes, l’on signalera la bibliothèque de Clamart (1966), les logements EDF d’Ivry-sur-Seine (1967) et le Foyer de jeunes filles (1974) de la rue Tolbiac (Paris 13e).

 Logements de fonction EDF, Ivry sur Seine (1963-67) de L’Atelier de Montrouge


bâtiment EDF d’Orléans - La Source

le langage formel brutaliste rappelle certaines réalisations de Le Corbusier, 
notamment à Chandigarth (Inde) 


 Organisation spatiale de la ville nouvelle, Le Vaudreuil (1968-72) 
Maquette. Échelle 1/1.000e. 30 septembre 1971. 91 x 55 x 5 cm 
Balsa, bois, papier, fil de fer, plexiglass, plastiline 
© Fonds Atelier de Montrouge. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/
Archives d'architecture du XXe siècle. 162 IFA 133 


La Petite Bibliothèque Ronde (1965), bibliothèque des enfants de Clamart,
 anciennement La Joie par les livres, 
14, rue de Champagne, Clamart 

Vue de la salle du conte [fonds ATM/DAF/CAPA] 


L’Atelier de Montrouge, la modernité à l’œuvre (1958-1981) 

Architectes diplômés des Beaux-Arts, ils [L’Atelier de Montrouge] ont côtoyé de près de grandes figures du mouvement moderne et des Ciam (telles que Le Corbusier, Michel Ecochard et Jean Prouvé). Ils font partie d'une nouvelle génération qui, à l'échelle internationale, se démarque par sa volonté de repenser la modernité sur de nouvelles bases, en tenant compte de la dimension sociale de l'habitat, de l'histoire et de l'esprit du temps. 
La production de l'Atelier, qui touche à toutes les échelles - de l'objet au territoire en passant par l'habitat, le quartier, la ville - témoigne de cet engagement. Elle apporte des éléments de réflexion sur un grand nombre de thèmes actuels, notamment sur le renouvellement urbain et l'innovation en matière d'habitat, sur l'aménagement durable et la protection de l'environnement.

Catherine Blain, extrait de L’Atelier de Montrouge, la modernité à l’œuvre (1958-1981), 
Actes-Sud-Cité de l’architecture et du patrimoine


Centre de formation EDF-GDF, Les Mureaux (1972-80) 



 Centre aéré, Domaine de Villelouvette, Egly (1960-68)



Village de vacances Le Merlier, Domaine Volterra, Cap Camarat (1959-65)
 Perspective de la place à la fontaine, n.d. [1960 ; 33 x 47cm]. 

Perspective de la place à la fontaine, n.d. [1960 ; 33 x 47cm]. 


Quartier du parc, Saint-Quentin-en-Yvelines (1975-82)


Foyer de jeunes filles de la rue Tolbiac (Paris 13e), 1974 



4 réalisations emblématiques de ces architectes réalisées en dehors de L'Atelier de Montrouge :



Jean Renaudie


Centre Jeanne Hachette (1970-75) à Ivry-sur-Seine, Jean Renaudie, 
en collaboration avec Renée Gailhoustet   
40 logements, commerces, bureaux et cinéma 

crédit photo : Paul Maurer 

crédit photo : Paul Maurer 

crédit photo : Paul Maurer 

Favoriser les relations sociales, c’est un vœu, mais qui reste difficile de définir en termes d’architecture. Je n’attribue pas un pouvoir démentiel à l’architecture : je ne considère pas qu’elle détermine les rapports sociaux ou qu’elle déclenche les relations sociales. Mais je ne partage pas non plus la thèse opposée, qui consiste à prétendre que les rapports sociaux font l’architecture. Les deux thèses me paraissent fausses et conduisent toutes deux à l’ « improduction » architecturale.

Extrait d’une interview de Jean Renaudie par Gritti Haumont, Avenir 2000, N° 40, 3e trimestre 1977 


vidéo : Balade urbaine à Ivry, 2008 - Sur les traces de Renée Gailhoustet et de Jean Renaudie 


Jean-Louis Véret


Centre national du film de Bois-d’Arcy (Yvelines) (dans un fort militaire déclassé), 1985-92 



Jean-Louis Véret, architecte, par Frédéric Edelmann 

Homme d'une grande discrétion, réservé, presque timide en public, Jean-Louis Véret fut pourtant l'une des personnalités qui, alors que l'architecture voguait de barres en tours, puis, dans les années 1980, de doctrine en singerie, sut préserver la dignité et la force du métier.

Extrait d’un article paru dans le Monde.fr, 2011


Pierre Riboulet


Lycée Le Corbusier à Aubervilliers (1997-2003)







Gérard Thurnauer


Logements sociaux, 5, rue de Valence (Paris 5e), 1981































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire